LeftRight

Category : Local Breeze

Une brise nous emporte dans le monde marocain, ou comment les Otakus et les K-Pop Fans vivent leurs passions localement.


Bon, le titre est un peu exagéré, ce n’est pas un métier proprement dit au Maroc (pour le moment), c’est plus un passe-temps… mais qui sait?

Alors, je vous livre les « secrets » de cette passion, qui vise à rapprocher les Otakus marocains des animes, en traduisant ces derniers en arabe classique. Je vous présente donc Nabil, qui a bien eu la gentillesse de répondre aux questions (harcèlement) d’une personne inconnue :p


Ces derniers temps, je constate que les événements liés à la culture asiatique se multiplient rapidement, trop rapidement même. En tant que fans du Japon, de la Corée du Sud, de la Chine, de l’Inde, etc ; nous étions trop contents que les occasions de rassemblement autour de cette passion commune croissent. Plusieurs gens étaient déjà excités à l’idée de se balader dans différents endroits et d’y trouver une grande majorité de personnes intéressées aux mêmes choses et avec lesquelles ils peuvent discuter amplement.

Cependant, la qualité de l’organisation ne suit pas toujours et on se retrouve à se demander « comment les organisateurs ont pu s’y prendre aussi mal pour y arriver là ? »


Aujourd’hui, je vais vous présenter un groupe marocain que j’ai découvert en live, jouer et chanter de la J-Rock dans de multiples événements. ll s’agit du groupe marocain Catharsis, composé par de jeunes musiciens aussi talentueux qu’ambitieux.

Après mon article sur l’Otaku Market de Casablanca, où le groupe s’est produit d’ailleurs, j’ai lancé un appel pour avoir des interviews avec différents groupes et ils ont eu l’amabilité de me contacter, pour me donner matière à un article. Gentil ça 🙂

Anyways, j’ai rencontré le groupe, au grand complet, dans un café convivial où ils ont parlé de leur passion dans la joie et la bonne humeur. Moi, la grande timide qui me perd en interviewant une seule personne, me retrouve soudain devant 5 personnes. Allah y9addarni 3la had l’entretien.


Le « Japan Open Club » tout fraîchement créé à l’ENCG de Casablanca a organisé son premier événement dans cette école, événement qu’il a baptisé « Japan OpenEvent ».

Pour un premier événement, certains fans étaient un peu inquiets que l’organisation ne soit pas au rendez-vous, vu que c’était la première expérience de ce club, mais les membres les ont détrompés au cours de cette journée. Comme quoi, dans une école de gestion, ben on sait gérer :3


Le Dimanche 8 Février a connu l’organisation d’un événement tant attendu par les otakus marocains : l’Otaku Market dans son édition de Casablanca. Pourquoi tant attendu ? Les tickets se sont TOUS VOLATILISES  un jour seulement après leur dépôt dans les points de vente et, les fans de Casablanca ont finalement vu leur souhait exaucé : un événement à Casablanca par l’équipe Manga Afternoon, après des années d’absence.

Cet événement vient suite à l’Otaku Market de Rabat (article ici pour ceux qui veulent découvrir de quoi il s’agissait), et donc avec le même principe de base : le plus grand marché Otaku en une journée pour rassembler le plus grand nombre de fans de cette culture. Cependant, il y a eu quelques particularités propres à cette édition.


Cet événement a eu lieu le Dimanche 1er Février à Casablanca, au complexe Sidi Belyout pour être exacte ! Il a été organisé par l’ANAMA (Association Nationale d’Amitié Maroco-Asiatique), la MFJ (Marocains Fans of Japanimes) et leurs partenaires et rassemblait les fans d’Asie (Inde, Pakistan, Chine, Japon et Corée du Sud).

Voilà un petit récapitulatif des activités phares auxquelles les fans ont eu droit durant ce jour :


L’article précédent (Lien Ici) nous a dévoilé les débuts de Brain Oil Factory, à travers Wassim, l’un des dessinateurs et artistes membres de ce collectif. La suite, toujours en compagnie de Wassim  …..

————————

En effet, j’ai beaucoup échangé avec les fondateurs de ce collectif à tel point qu’ils ont fini par me proposer (avec Bouchra El Ghoul et Hicham Kaidi) d’intégrer l’équipe aussi, en Mars 2014. J’étais honoré de cette invitation car j’avais envie de participer aussi à aider d’autres artistes et à laisser mon emprunte quand il s’agissait de partager cette passion et la rendre plus accessible aux jeunes artistes.

Le mot d’ordre qui régnait sur nos activités était le « partage » et les membres fondateurs, étant tous des professionnels du domaine, avaient beaucoup de savoir à partager.


Quand « Art digital » rime avec passion !

L’un des stands qui a créé le buzz durant l’Asian Fest était une activité que, personnellement, je voyais pour la première fois dans ce genre d’événements : un stand qui dessine des fans arts en live (sur commande même), ou des portraits des gens qui voulaient bien s’y arrêter ! Bien sûr en addition à la vente de leurs articles usuels (posters et stickers de travaux originaux)…

Le stand en question était « Brain Oil Factory » et il regorgeait de talentueuses personnes… j’ai donc « traqué » l’un d’eux jusqu’à obtenir plus d’informations sur ce stand et ses activités… ahhh, qu’est-ce que je ne ferais pas pour un article ! Pour vous !

Wassim a donc bien voulu m’accorder un moment pour me parler de ce groupe, mais surtout de la passion qui les unit et qui est “l’art digital”… Je vous relate ici son discours et sa présentation de Brain Oil Factory :


Durant ma présence au cours de l’Asian Fest organisé à Casablanca, j’ai eu l’occasion de rencontrer un jeune et ambitieux Mangaka. Saad était présent à un stand pour présenter son manga « Hidden Trees » et en vendre les premières pages pour les quelques curieux qui l’ont visités.

Saad a bien eu la gentillesse de m’accorder quelques minutes et un interview exclusif (en même temps, il n’y a que Wind In a Box pour ça donc il n’avait pas trop le choix non plus, mouhahahaa) ! Voici donc tout ce que vous devez savoir sur ce manga et ce mangaka marocain en herbes !